GET > Agenda > Failles et topographie, facteurs de contrôle des circulations hydrothermales dans les Pyrénées Orientales.

Failles et topographie, facteurs de contrôle des circulations hydrothermales dans les Pyrénées Orientales.

Séminaire le 08 oct 2019 à 10h00
Salle Pyrénées Salle Pyrénées
Audrey Taillefer

Les Pyrénées Orientales abritent un des système hydrothermal non magmatique le plus chaud d'Europe. 29 sources (29-73°C) s’alignent le long des reliefs constituant le compartiment inférieur la faille normale de la Têt (chaînes du Canigou, de la Carança et du Puigmal), associée à l’ouverture du Golf du Lyon (Oligocène – Pliocène). L’analyse conjointe des données structurales de terrain, de données hydrogéochimiques, et de modèles numériques 3D a permis de mieux comprendre ces écoulements.

Le fluide hydrothermal provient d’eau météorique, infiltrée à haute altitude (>1850 m) ou le long de la faille de la Têt, il y a environ 10 000 ans. Le gradient topographique élevé induit une convection forcée, principalement dans le compartiment inférieur de la faille de la Têt, ce qui permet aux fluides d’atteindre des profondeurs importantes (jusqu’à 3 km) où ils se réchauffent sous l’effet du gradient de température (jusqu’à 140°C). Les fluides circulent dans le socle et rejoignent la surface à la faveur d’un réseau de failles connectées à la faille de la Têt, le long de celle-ci, et des fractures qui leur sont associées. La circulation de ces fluides est ainsi responsable de la distribution d’anomalies thermiques  en profondeur. Ils émergent sous forme de sources chaudes, exclusivement dans les gneiss et les granites, à proximité d’importantes zones mylotiques (CMNC), et de contacts avec des metasédiments. La plupart de ces sources sont exploitées pour l’activité thermale, et représentent un potentiel intéressant pour la géothermie. 

Afficher le pied de page